fConsommer le fruit du baobab serait-elle la tendance de l’année ?

Ce n’est pas le baobab lui-même qui se mange mais son fruit. La pulpe peut être réduite en poudre et incorporée dans les boissons (jus de fruits, smoothies), les sauces, les yaourts ou les céréales. Comme dans le jus Matahi, testé l’année dernière sur le blog. La poudre de baobab aurait un goût particulier, à mi-chemin entre la poire, le pamplemousse et la vanille. On peut en trouver sur Internet comme sur le site BienManger.com.l

L’intérêt nutritionnel de cette pulpe repose sur sa forte teneur en calcium, vitamine C et fibres. Elle contient aussi des vitamines du groupe B et des acides aminés. Avec deux fois plus d’antioxydants que la baie de goji, la poudre de baobab aiderait à récupérer après un effort, à se concentrer et à renforcer le système immunitaire. Conseillée pour garder forme et vitalité, elle améliore également la flore intestinale grâce à sa haute teneur en fibres solubles.

Plusieurs entreprises se sont lancées dans la commercialisation de produits transformés à base de baobab, comme les barres. On peut par exemple citer Aduna (barres composées de datte, jus de pomme, ananas séchés, poudre de baobab, raisins et amandes) ou encore wowbab (barres composées de chocolat noir, amarante, quinoa et de fruits).m