Zoom sur le coing : ce fruit oublié et pourtant si savoureux !

Les arrière-grands-mères savaient encore apprécier le coing et l’utilisaient pour confectionner de la compote de coings, du pain aux coings et bien d’autres délices sur la table. De plus, le coing est un fruit de grand effet. Vous voulez tout savoir sur ce fruit un peu oublié ? Suivez le guide !

Le coing, ce fruit entre la pomme et la poire

Autrefois, le coing (Cydonia oblonga) était un fruit très recherché, aujourd’hui, il fait partie des variétés fruitières oubliées, autour desquelles s’enroulent déjà des légendes. Beaucoup de gens pensent que le coing est un mélange de pomme et de poire. Il existe en effet des coings dits “à pomme” et des coings “à poire”, mais ces noms ne font référence qu’à leur forme respective.

Néanmoins, les coings, les pommes et les poires sont apparentés les uns aux autres, car ils appartiennent tous à l’espèce des fruits à pépins de la famille des roses et présentent donc également certaines similitudes en termes d’anatomie et de composition. Et pourtant, par rapport à ses parents populaires, le coing a un caractère un peu têtu.

Parmi les quelque 200 variétés de coings, seules quelques-unes sont comestibles à l’état brut, comme par exemple la variété de coing au miel. Normalement, la peau jaune vif et la chair sont extrêmement dures. Une autre caractéristique particulière du coing est le duvet de la peau, qui a un goût très amer et doit donc être enlevé.

Le coing, un fruit de tradition

Le coing est originaire d’Asie occidentale. On dit qu’il a été cultivé dans le Caucase il y a environ 6 000 ans. Dans la Grèce antique, le coing a été décrit pour la première fois vers 600 av. Il était un symbole de bonheur, d’amour et de fertilité.

Les Grecs anciens cuisaient le coing avec du miel. Le “melimelon” servait de tonique pour les malades et de provisions pour les voyageurs. Par conséquent, les Portugais ont ensuite appelé le coing “marmelo”, ce qui se reflète encore dans le mot “confiture“.

Le coing a une très longue tradition de plante spéciale. Déjà Hippocrate, le plus célèbre médecin de l’Antiquité, prescrivait le coing pour les problèmes gastro-intestinaux et la fièvre. Outre la pulpe et l’écorce, les graines et les feuilles du coing sont utilisées en médecine naturelle.

Le coing est apparu pour la première fois aux Romains de l’Antiquité. Ils ont appelé ce fruit “pomme laineuse” en raison de sa peau duveteuse et l’ont apporté en Europe centrale, d’où il a pénétré jusqu’à l’extrême nord. Aujourd’hui, le coing est principalement cultivé dans la région méditerranéenne, mais il a également sa place dans de nombreux jardins domestiques des pays d’Europe centrale.

 

Le coing : ce puissant allié santé !

Les nutriments des coings

Au cours des dernières décennies, le coing a été de plus en plus évincé du marché européen, mais il semble récemment connaître un petit retour en force. Les jeunes, en particulier, s’intéressent aux nutriments que ces merveilleux fruits contiennent réellement.

On trouve environ 15 milligrammes de vitamine C dans 100 grammes de coing, soit 15 % de l’apport journalier recommandé. La vitamine C est un puissant antioxydant qui non seulement renforce le système immunitaire pendant la saison de la grippe, mais a également une valeur prophylactique en ce qui concerne l’artériosclérose et le cancer, ce dont on vous a déjà parlé ici : la vitamine C dans la lutte contre le cancer.

En ce qui concerne les autres substances vitales, le coing n’impressionne pas par sa teneur élevée, mais par sa diversité. Par exemple, il contient des quantités modérées de vitamine E, de vitamine B1, de vitamine B6, de potassium, de magnésium et de cuivre.

Parmi les fibres alimentaires du coing, les pectines sont particulièrement remarquables. Elles appartiennent au groupe des fibres alimentaires solubles, qui ont un effet particulièrement bénéfique sur l’intestin.

Coing : le pouvoir bénéfique des pectines pour la santé

Les pectines sont également des mucilages qui ont la capacité de se gélifier et donc de lier de grandes quantités d’eau. Les coings augmentent ainsi le volume intestinal, favorisent la digestion et régulent le transit intestinal.

Dans le tractus gastro-intestinal, les pectines garantissent qu’une partie des graisses arrivant avec les aliments ainsi que les acides biliaires et le cholestérol sont liés et ensuite excrétés. Le sucre est également absorbé beaucoup plus lentement lorsque les pectines sont présentes dans l’intestin, de sorte qu’elles maintiennent le taux de sucre dans le sang en équilibre.

Entre-temps, plusieurs études ont déjà montré que les coings peuvent réduire le cholestérol et prévenir le diabète de cette manière.

Les pectines sont également capables d’influencer positivement la flore intestinale en favorisant la croissance des bactéries bénéfiques. De cette façon, les micro-organismes pathogènes, par exemple ceux qui causent la diarrhée, peuvent être supprimés.

Comme les pectines fixent également les substances indésirables telles que les métaux lourds dans l’intestin, les coings aident l’organisme à se détoxifier.

Les coings sont riches en antioxydants

Outre la vitamine C, le coing contient d’autres substances antioxydantes, comme les flavonoïdes, qui protègent les cellules de l’organisme contre les radicaux libres et peuvent contrer diverses maladies. Parmi celles-ci figure la quercétine, qui a déjà été désignée comme le roi de tous les flavonoïdes dans les milieux de la recherche.

En outre, le coing contient des tanins, qui peuvent également contribuer à l’effet positif sur la digestion. Les tanins sont déjà utilisés en médecine en raison de leur effet astringent, comme agent hémostatique et contre les infections. On dit même que les tanins sont bénéfiques pour l’artériosclérose.

Le coing est bon pour la peau

Ce n’est pas un hasard si le coing est utilisé dans de nombreux produits de soins de la peau. Le mucilage de coing étant apaisant et anti-inflammatoire, il est idéal pour accélérer la cicatrisation des plaies et soigner les peaux fissurées, stressées, endommagées par le soleil ou enflammées.

La cire de coing peut simplement être appliqué sur la zone de la peau à traiter – par exemple sous forme de masque pour le visage. En outre, le mucilage du coing est utilisé sous forme de compresses pour traiter les brûlures, les mamelons douloureux et les hémorroïdes.

La cire de coing est située sur la peau du fruit. Il a la fonction d’une enveloppe protectrice, qui protège le fruit dans la nature contre les influences extérieures et protège le tissu végétal contre la perte d’eau. Cette propriété est également bénéfique pour notre peau. Des études ont déjà montré que la cire de coing a des propriétés apaisantes et lissantes pour la peau, qu’elle renforce la barrière cutanée et aide la peau à s’hydrater davantage.

Vous pouvez obtenir de la cire de coing en frottant les coings, en les épluchant soigneusement, en remplissant un bocal au tiers avec les épluchures et en versant une huile de qualité (par exemple de l’huile d’olive ou d’amande). Placez ensuite le bocal dans un endroit sombre, pas trop chaud (environ 18 à 20 °C) et retournez-le une fois par jour. De cette façon, tant les huiles essentielles que la cire de coing passeront dans l’huile végétale. Après deux semaines, vous pouvez filtrer l’huile.

 

Tout savoir sur le coing…côté cuisine !

Le coing : achat et stockage

Les coings locaux sont en saison de septembre à novembre. Malheureusement, on les trouve rarement dans les supermarchés, mais on les trouve plus souvent sur les marchés. Les coings poire ont l’avantage d’avoir une chair plus tendre. Cependant, les coings à la pomme sont plus adaptés à la fabrication de confitures ou de gelées de coings, par exemple, car ils sont plus aromatiques.

Après la récolte, les coings peuvent être conservés jusqu’à deux mois dans un endroit sec et frais, de préférence dans la cave. Toutefois, s’il s’agit de coings mûrs, vous pouvez les conserver dans le compartiment à légumes du réfrigérateur pendant environ deux semaines. Dans tous les cas, il est important que le lieu de stockage reste à l’abri du gel. La température idéale se situe entre 0 et 2 degrés Celsius.

Avec le temps, des taches brunâtres deviennent visibles sur la peau, mais elles n’affectent pas le goût. Au plus tard, il serait alors conseillé de sortir les coings de leur dormance hivernale et de les transformer. Vous pouvez les faire bouillir, les sécher ou en faire du jus et ainsi prolonger leur durée de conservation.

Il est également possible de congeler les coings. Il est préférable de peler, évider et blanchir les fruits à l’avance. Ils ne se congèlent pas bien crus. Les coings congelés peuvent être conservés pendant environ un an.

La transformation du coing

Les coings sont traités de la même manière que les pommes et les poires. Avant la préparation, il est toutefois très important de frotter les coings avec un chiffon propre pour enlever le fin duvet. Détachez ensuite l’extrémité de la tige, lavez bien les fruits et pelez-les, selon la recette, à l’aide d’un économe. Ensuite, vous pouvez couper la chair avec un couteau tout autour, près du noyau et la couper en dés ou en lamelles.

Le goût du coing

Les coings ont un arôme et un goût séduisants, entre la poire, la pomme, le citron et la rose. Comme vous le savez déjà, la plupart des coings sont immangeables crus, mais ont un goût merveilleux cuits, à la vapeur et au four.

Les coings sont le plus souvent bouillis pour faire de la confiture de coings, de la purée de coings ou de la gelée de coings. En raison de la teneur élevée en pectine, l’utilisation d’un gélifiant n’est pas absolument nécessaire. Il suffit de faire cuire les coings un peu plus longtemps pour que la pectine s’en dissolve complètement.

En outre, les coings sont idéaux pour créer de délicieux gâteaux aux fruits. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, car les coings s’harmonisent parfaitement avec d’autres fruits et baies.

 

La recette des coings au sirop

Dans cette recette, les coings conservés dans le sirop, les coings frais pelés et coupés en tranches légèrement plus épaisses sont cuits dans un bouillon de sucre épicé jusqu’à ce qu’ils ne soient pas trop mous et sont soit dégustés immédiatement après refroidissement avec un plateau de fromage, soit versés chauds dans des pots, arrosés de sirop de sucre et conservés comme un petit stock.

  • Pour la préparation, frottez d’abord les coings avec un chiffon pour enlever les poils qui s’y accrochent.
  • Ensuite, pelez les coings à l’aide d’un économe, coupez-les en deux avec un grand couteau bien aiguisé, coupez-les en quatre et retirez complètement le cœur.
  • Coupez ensuite 3 autres tranches de fruits dans chacun des quartiers de coings.
  • Placez-les immédiatement côte à côte dans une large marmite et arrosez-les de jus de citron.
  • Préparez les autres coings de la même manière.
  • Versez un demi-litre d’eau, ajoutez du sucre, 1 écorce de cannelle séchée, 2 clous de girofle et une étoile de badiane séchée dans la marmite et laissez le tout bouillir une fois.
  • Ensuite, faites cuire les coings avec le couvercle fermé jusqu’à ce qu’ils soient mous mais encore légèrement fermes à la morsure, en les vérifiant de temps en temps.
  • Sortez les tranches de coing du bouillon et, selon l’utilisation que vous en ferez, mettez-les soit dans un bol en verre, soit immédiatement dans un bocal bien rincé ou dans 2 – 3 pots de confiture avec des couvercles à vis.
  • Retirez les épices du sirop de sucre et faites bouillir le bouillon vigoureusement pendant encore 1 à 2 minutes à feu vif.
  • Versez ensuite le sirop chaud et bouillant sur les coings et fermez immédiatement les bocaux hermétiquement avec le bouchon à vis correspondant, laissez refroidir complètement, puis conservez dans un endroit frais de la cave ou du garde-manger pendant trois mois au maximum jusqu’au moment de la consommation.